Le Prophète Emmanuel Ndzoma n’est pas le mal de ce pays  

Il y a un déchainement de la presse locale contre le prophète Emmanuel Ndzoma. Il s’agit plus précisément de la presse proche du pouvoir, qui voudrait construire sur le dos du prophète, un affaire divertissante susceptible de faire oublier les vrais problèmes des gabonais.

La puissance de Dieu existe, nombre de nos compatriotes ont déjà trouvé le salut par les hommes de Dieu. Nous savons aussi que l’acte posé par le prophète est condamnable et assimilé à de la magie publique. Qu’à cela ne tienne, ce compatriote n’est pas le mal du pays pour le traiter comme un criminel.

Rien, absolument rien, ne justifie qu’il puisse passer autant de temps en détention. Loin de sa famille et seul, la pression psychologique sur ce jeune compatriote est telle qu’elle ne pourra pas être sans conséquence sur sa santé.

Si on le gardait aussi longtemps en détention, qu’est-ce les autorités policières pourraient obtenir en 90 jours qu’elles ne pourraient obtenir en une semaine ? S’agit-il ici d’un abus d’autorité, dans un dossier où il n’y a aucun plaignant ? Le bon sens aurait voulu que Ndzoma soit relâché au bout de quelques jours, étant donné que son église a déjà été fermée. Le Prophète Emmanuel Ndzoma n’est pas le mal de ce pays.