Santé: Les antirétroviraux manquent: les malades au bord de la mort

Plusieurs de nos compatriotes atteints de VIH et qui suivent le traitement à base d’antirétroviraux, n’ont pas avalé leurs médicaments depuis bientôt un mois. Une rupture de ces médicaments précieux qui maintiennent nos compatriotes en vie, est constatée depuis longtemps sous le regard indifférent du ministre de la santé, qui préfère aller en tournée dans sa province natale pour le compte du Parti Démocratique Gabonais (PDG).

C’est le signe d’une politique de la santé inconsistante et approximative. Comment le ministère de la santé n’a t-il pas pu prévoir cette rupture mettant la vie de milliers de gabonais en danger. En plus ce n’est pas la première fois que le ministre de la santé, met ainsi en danger les compatriotes malades, sauf si le projet est de les laisser mourir dans l’indifférence comme des grabataires. 

Aucun point sur la situation n’est fait ni aux malades eux-mêmes, ni à l’opinion nationale. On attend peut-être que des compatriotes commencent à décéder pour que l’on considère qu’il s’agit là d’un problème sérieux qui doit être mis en priorité. Pour l’instant, Guy Patrick Obiang est en tournée avec son parti, les gabonais malades et inquiets doivent attendre qu’il ait fini de témoigner de sa présence à cette série de rencontres politiques.