UN: « Paulette Missambo est une erreur de casting à corriger rapidement »

C’est le sentiment majoritaire qui semble se dégager au sein des troupes de l’Union Nationale, un parti de l’opposition, aujourd’hui traversé par une guerre de leadership au sommet. Paulette Missambo, ancienne ministre d’Omar Bongo, habituée à naviguer dans un environnement favorable et opulent, ne peut être celle qui portera l’opposition gabonaise, ne serait-ce qu’au sein de l’UN, à lâché un militant énervé

Timide depuis son élection, madame Missambo semble n’avoir eu pour mission que de barrer le chemin à Paul Marie Gondjout, un homme politique dont le parcours est souvent associée à tort à celui de l’un des pères fondateurs de l’Union Nationale: Zacharie Myboto. Aujourd’hui l’Union Nationale n’a plus de leader charismatique et la faute à Paulette Missambo qui ne semble pas avoir pris la mesure de sa tâche au sein de ce parti. 

Agacé par cette situation pour un parti qu’il a lui aussi porté depuis de nombreuses années, Paul Marie Gondjout va tenter de reprendre la main face « au néant dans lequel l’actuelle présidente a conduit le parti » selon les mots d’un haut cadre de l’UN. Paul Marie Gondjout devra d’abord faire face à ses détracteurs, organisés sur les réseaux sociaux et dont la ligne d’attaque est dictée par les proches de Missambo. Selon ses proches, cela ne semble pas l’impressionner, au contraire PMG est focalisé sur le redressement du parti et la conquête du pouvoir. 

Dans cette bataille, le temps pourrait avoir raison de la présidente Missambo, dont tout le monde dit qu’elle n’a pas de grandes ambitions pour l’UN. Elle ne sera pas candidate à la présidentielle et donc ne peut avoir l’envergure nationale, nécessaire pour continuer à s’imposer à la tête du parti. Par contre, ce n’est un secret pour personne, Paul Marie Gondjout nourrit un véritable projet pour le Gabon et est de ce fait, plus déterminé à conquérir le pouvoir en 2023. « Il faudra d’abord corriger l’erreur de casting que c’est d’avoir Paulette Missambo, à la tête du parti d’André Mba Obame et de Zacharie Myboto », c’est le sentiment d’André K.M, militant de l’UN de la première heure.