Ali Bongo reprend la main  

Le Chef de l’état gabonais avait laissé courir des doutes sur sa capacité à diriger son appareil administratif et politique. Certains avaient désigné ses collaborateurs notamment ceux de la « Young Team » comme les auteurs de toutes les décisions qui se prenaient tant ces décisions sortaient du cadre de la sagesse politique nécessaire. Un signal permettant de se rassurer quant à la capacité d’Ali Bongo de reprendre la main était attendu.

Ce signal a été donné par le Président au dernier conseil des ministres avec la nomination des membres du Haut Commissariat de la République. Personne d’autre qu’Ali Bongo n’aurait pu faire revenir à ce niveau de responsabilités Michel Essonghe. Il faut rappeler que le Conseiller politique d’Ali Bongo n’est pas un grabataire qui aurait pu sauter sur la moindre occasion de nomination. 

En acceptant d’être le Commissaire général de cette organisation politique placée sous l’autorité du Président de la République, Ali Bongo a certainement donné à ses interlocuteurs du Haut Commissariat parmi lesquels l’ancien premier ministre Jean Eyeghe Ndong, des gages. Il faut que le Chef de l’état donne les pleins pouvoirs au Haut Commissariat de la République pour qu’il soit capable de travailler.

Selon certains spécialistes de la question politique, Ali Bongo a repris la main et s’apprête à désigner ses hommes et non plus les hommes de la « Young Team » qui avaient été jugés incompétents et immatures par l’opinion nationale. Quelle est donc la prochaine étape pour le président gabonais ? Des changements au sein de son parti mais surtout au sein du gouvernement où la plupart des ministres n’ont véritablement pas d’assises politiques. Plus on se rapproche de l’élection présidentielle 2023, plus la compétence politique est recherchée. Nous attendons qu’Ali Bongo montre à l’opinion comment il compte gérer une situation politique difficile, aggravée par un bilan illisible.