L’Union Nationale: Paul Marie Gondjout recadre Paulette Missambo 

C’est dans une lettre au contenu explicite que Conseiller Municipal de Lambaréné et ancien baron du bureau sortant de l’Union Nationale Paul Marie Gondjout, a tenu exprimer son mécontentement par rapport à la gestion totalitaire du parti sous le leadership de Paulette Missambo et de ses acolytes. 

Paul Marie Gondjout reproche à la présidente de l’Union nationale d’avoir délocalisé le siège du parti de façon unilatérale, sana aucune notif officielle,  bouleversant ainsi les symboles de cette formation politique. En effet il est connu de tous que le siège habituel de l’UN est une résidence située dans le quartier ancienne sobraga, offerte par Zacharie Myboto. En agissant ainsi, Paulette Missambo veut marquer son territoire et fragiliser le camp Myboto qu’elle pense ne pas être favorable à sa présidence. 

Il est également reproché à Paulette Missambo de faire nommer des gens qui n’étaient jusqu’au moment de leur nomination pas militants du parti, notamment les représentants provinciaux de la Ngounié et du Haut-ogooue. Cette situation créée  des frustrations parmi les vrais militantes et militants qui ne comprennent plus ce qui se passe. 

Paul Marie Gondjout reproche aussi à la présidente de l’Union Nationale la tenue d’une campagne d’adhésions hors du cadre statutaire, menée par des hommes et femmes qui n’en ont pas la compétence statutaire. Il y voit une volonté de modifier la base militante du parti en y introduisant des militants à la solde de la nouvelle présidente.

Depuis que le bureau directeur des l’Union Nationale a été renouvelé, Paulette Missambo agit comme un leader autocratique. Elle avait prôné le rassemblement au moment de son élection mais à l’évidence, elle pratique la division et l’exclusion selon l’ancien homme fort de l’UN, Paul Marie Gondjout. Le parti de Myboto montre des signes d’une certaine fragilité interne liée à des guerres intestines. Si l’on y prend garde, il pourrait atteindre un point de rupture qui entérinera la division de ce parti donc sa mort certaine.