Les assises nationales sur le conflit Homme-Eléphant: subterfuge pour engloutir les budgets 

Le ministre Lee White a brillé depuis sa nomination par son incapacité à résoudre les problèmes corporatistes du ministère dont il a la charge. En plus d’un front social en ébullition, il y a que dans les zones reculées, les éléphants déciment désormais les humains, notamment les gabonais.

Dans une interview à la chaîne Gabon24, le ministre Lee White avait affirmé qu’il possédait des solutions applicables au conflit homme-faune. Nous avons donc été étonnés de l’organisation des assiss dites du conflit homme-éléphant, alors que la situation budgétaire du pays n’est pas la plus reluisante. 

Les méthodes sont les mêmes pour engloutir les budgets de l’état où les exécuter sans motif valable. Un séminaire, un atelier ou des assises sont devenus des stratagèmes mis en place au plus haut niveau pour faire sortir l’argent de l’état. 

Il n’y a pas eu au cours de ces assises homme-éléphant  des résolutions si lumineuses qu’elles auraient nécessité des assises dont le budget d’organisation serait astronomique. A quoi cela sert-il d’avoir des conseillers et des spécialistes de la question des eaux et forêts, si pour accoucher d’une petite idée il faut organiser des assises ?
Cette cérémonie ne se justifie nullement.

Le ministre Lee White n’a jamais montré un début de compétence et tous les syndicats de son ministère demandent son départ. On voit bien que le pouvoir en place, sourd, préfère maintenir le ministre le plus impopulaire du pays mais aussi le plus incompétent au regard des résultats inexistants. Quel contrat a donc signé Lee White avec les forêts gabonaises pour qu’il en soit depuis des années le seul et unique gestionnaire dans un ministère où les spécialistes de la question ne manquent pas ?