La ville morte suivie entre 7:30 et 10:30 

Les gabonais ont timidement répondu au mot d’ordre de ville morte lancé par les organisations de la société civile gabonaise. En circulant sur les artères de Libreville, capitale politique gabonaise, on s’est rendu compte que les gabonais ne sont pas sortis massivement, signe que l’appel à la ville morte a fait sont effet. 

Du côté du parti au pouvoir qui appelait les gabonais à ne point suivre ce mot d’ordre, on se félicite plutôt d’avoir effectué le déplacement pour son lieu de travail. Dans une vidéo tournée visiblement au siège du parti au pouvoir et postée sur sa page Facebook, le porte parole du PDG Joe Dioumy Moubassango a expliqué pourquoi il n’avait pas suivi le mot d’ordre de ville morte.

Qu’a cela ne tienne, malgré les postures des uns et des autres, on peut dire que cette première ville morte est un succès franc, au regard du nombre de magasins fermés et du très peu de voitures en circulation à des heures où souvent la circulation est dense.