15 décembre: Les organisations de la société civile appellent à une ville morte

Cette journée du 15 décembre sera marquée par l’entrée en vigueur des mesures gouvernementales qualifiées d’iniques par une partie considérable de la société civile gabonaise. Des ONG, syndicats et autres associations appellent à faire barrage à ces mesures liberticides décrétées par le gouvernement de la République, en lançant un appel à la ville morte.

Une ville morte est un acte de désobéissance civile à portée politique imparable. La journée du 15 fera savoir qui du gouvernement ou du regroupement des organisations de la société civile aura raison. 

Le ministre d’état, ministre de l’intérieur Lambert-Noel Matha, a prévenu que toute descente dans la rue d’éventuels manifestants, ne serait pas tolérée. A cette déclaration du ministre d’état, ministre de l’intérieur, certains ont ironisés pour dire qu’aucun appel à une ville morte ne donne lieu à des manifestations dans la rue. Chaque camp semble se préparer à une journée très mouvementée.