Santé: Un vent de fièvre, palu et toux frappe une famille sur 2 à Libreville 

Dans la quasi-totalité des familles gabonaises, il y a des cas de fièvre, paludisme et de grippe. Chez les enfants comme chez les adultes, la situation est identique. Qu’est-ce qui justifie un tel vent de maladie.

Certains disent que c’est le changement de saison où le mauvais vent de fin d’année. Il faut donc pour les populations, redoubler de vigilance pour éviter que la situation ne s’empire. Les gabonais n’ont plus l’habitude de consulter un médecin, ils se débrouillent en automédication. Les pharmacies sont prises d’assaut régulièrement.

Le médicament le plus sollicité reste le coartem, qui est un antipaludéen puissant dont le traitement s’étend sur 3 jours. Il y a 2 ans, il y avait déjà eu dans notre pays un vent similaire de maladies qui avait frappé dans la même période mais en des proportions plus grandes.

Il serait quand même souhaitable qu’au regard des témoignages des gabonaises et gabonais et de la persistance de cette sorte d’épidémie, le ministère de la santé puisse communiquer sur la question pour édifier les populations et leur donner une orientation sur ce qu’il faut faire.