Le regard « nationaliste » de Dioumy Moubassango face au désastre économique dû au Covid-19.

Dans le cadre d’une tribune écrite pour l’un de nos confrères, l’ancien Conseiller du Président de la République dépeint avec pudeur-mais sans concession-la situation sinistrée de l’activité économique nationale. Une réflexion sommaire privilégiant des solutions pour nos compatriotes touchés directement par ce véritable désastre aux conséquences sociales épouvantables.

Procédant tout d’abord par élimination, Joe Dioumy Moubassango distingue dans cette tribune les secteurs détenus en réalité par des expatriés et ceux dans lesquels la présence des nationaux est très remarquée. Il pointe ensuite les ensuite les insuffisances de l’Administration en matière de diagnostic sur l’état réel et précis de la situation, d’identification des secteurs éventuellement plus porteurs et résilients, et de bilan global et circonstancié des conséquences de la pandémie.

S’agissant de bilan, l’auteur rappelle celui-macabre-du nombre de décès évalué à près de 200 aujourd’hui depuis l’année 2020, non sans y ajouter des cas vécus de déclassification sociale, de perte d’emploi brutale, de fermeture d’entreprise et structures (plus souvent détenue ou promue par des nationaux et parfois parmi les plus rentables et prometteuses en temps normal).

Se voulant toutefois optimiste, l’actuel Porte-Parole du Parti Démocratique Gabonais propose que soit établie par le gouvernement une stratégie de relance au bénéfice des jeunes entrepreneurs gabonais, secteur par secteur et basée sur une étude approfondie de l’état des lieux. Il suggère également aux autorités d’établir un répertoire des filières et secteurs ayant le plus résisté aux soubresauts de l’épidémie, afin d’éclairer ces mêmes entrepreneurs nationaux sur les domaines à privilégier dans leur choix d’investissement. Il indique enfin la nécessité de mobiliser les moyens de la relance économique, de préférence sous la forme d’Investissement directs étrangers (IDE) massif dans le pays.

Concluant son propos par un exemple illustrant sa préférence nationale quant aux solutions pratiques à mettre en œuvre pour des opérateurs modestes tels que les mères commerçantes œuvrant dans nos marchés par exemple, Joe Dioumy Moubassango dit encourager les autorités gabonaises à mettre en place un « avantage gabonais ». Concept qu’il définit comme étant « la capacité pour un Gabonais de faire les affaires dans son pays et de ne pas être taxé au même niveau que ceux qui possèdent d’autres nationalités ».