RDC : une ministre gabonaise en pleine idolâtrie « Kimbanguiste »

Participant à une rencontre à la gloire de l’actuel Chef spirituel de l’église Kimbanguiste de RDC, Aubierge Sylvine Ngoma, Ministre Déléguée à la Fonction publique du Gabon, a prononcé une allocution des plus surprenantes pour un membre du gouvernement en exercice. Surtout que celle-ci a été effectuée en cette qualité.

Sujet de curiosité, de moquerie, ou même d’indignation, l’intervention de la ministre concernée dans cette enceinte religieuse, que d’aucuns n’hésitent pas à qualifier de sectaire, suscite remous et interrogation dans les chaumières. Une agitation intellectuelle qui tire sa source davantage dans le fait qu’il ait été mis en avant la fonction ministérielle de l’interessée, dans une circonstance mettant profondément à mal la légitimité d’une telle représentation institutionnelle de notre pays à ce type d’assises.

Car, à l’écoute du discours lu par madame Ngoma à cette tribune, de même qu’au regard de la gestuelle et des attitudes affichées par le membre du gouvernement gabonais devant une autorité morale pour le moins controversée, tout esprit avisé ne peut comprendre de prime abord-ni a posteriori-le sens de cette présence d’une personnalité gabonaise de ce rang dans un cadre n’ayant rien d’officiel en RDC. Se prosterner devant Simon Kimbangou Kienda, dire de lui qu’il est « Dieu », etc, tout cela avec le « costume » de ministre et non à titre strictement personnel, pose un sérieux problème d’incarnation gouvernementale, de mélange de genres et même de respect de nos institutions.

Aubierge Sylvine Ngoma a-t-elle agi avec l’autorisation de sa hiérarchie? Rien n’est moins sûr.