Droit de réponse: Lynchage médiatique du Ministre Aubierge Sylvine NGOMA

Nous publions un texte qui peut être considéré comme un droit de réponse à l’article que nous avons écrit sur madame la ministre déléguée Aubierge Sylvine Ngoma. Ce texte ne nous a pas été envoyé mais puisque notre site y est cité, par devoir journalistique, nous nous devons de publier ce texte qui donne une autre appréciation de la situation. Voici l’intégralité dudit texte: 

Le lynchage médiatique auquel fait face Madame Aubierge Sylvine Ngoma appelle des observations de ma part.
Ces observations portent essentiellement sur les éléments infra.

De prime abord, ce lynchage est la construction du faux profil Lizine Kukabe, dont les relais sont le journal l’Aube, et le site de communication https:abcdgabon.com.
Autant le Journal l’Aube appelle au remplacement de Madame Aubierge Sylvine Ngoma par des personnes ayant fait « leur preuve politiquement » parce que la Nyanga ne manquerait pas des « compétences »; autant le site condamne la foi Kimbanguiste de leur victime, par un article intitulé « une ministre gabonaise en pleine idolâtrie kimbanguiste ». 

Chose étrange, le profil Lizine Kukabe n’a pour cible que Madame Aubierge Sylvine Ngoma. A aucun moment, sa page n’a tiré à boulets rouges sur les autres femmes politiques de cette contrée.
Mieux, on trouve que ses contenus font la juxtaposition de deux femmes politiques. L’une est dévalorisée, quand l’autre est simplement taxée d’idolâtre….
En deuxième ressort, ce lynchage médiatique est une entrave à la liberté religieuse, en République Gabonaise.
En effet, dans les dispositions pertinentes du préambule de notre bréviaire constitutionnel, il y est indiqué que le Peuple Gabonais « proclame solennellement son Attachement à Ses Valeurs Sociales Profondes et Traditionnelles, à Son Patrimoine Culturel et Spirituel, au respect des Libertés, des Droits et des Devoirs du Citoyen ». Fin de citation.

Sur la foi de cette disposition, il va de soi que les religions animistes sont celles qui fondent le patrimoine culturel et spirituel des Gabonais. Ce parce que nous sommes les Peuples de la forêt.  
Il est vrai que le christianisme et l’islam, qui sont des religions importées, ont été admis au Gabon. 
L’analyse impartiale de la cartographie religieuse du pays révèle que le Gabon est le lieu de la cohabitation de toutes ces valeurs spirituelles; et chacune de ces religions fonctionne autour des pratiques et des rites qui lui sont propres

Dans le cas de Madame Aubierge Sylvine Ngoma, quelle est la grille qui a été utilisé pour que sa foi Kimbanguiste soit taxée « d’idolâtrie? »  
Si être ndjobiste,  bwitiste, praticien de Léssimbou, etc est synonyme d’idolâtrie, alors Lizine Kukabe et ses media ont achevé de nous convaincre de leur volonté d’arrimer toutes les Gabonaises et Gabonais à la religion unique qu’ils vont instituer. 
Bienvenue à la religion unique..…

En dernier ressort, cette cabale médiatique fait dans la confusion des genres. Si se prosterner devant le chef spirituel de cette église est une pratique admise, en quoi cela emporterait soumission du Gabon à celui-ci?
Pourtant, la Constitution précise le que Président de la République, le Parlement et la Cour Constitutionnelle sont les seules intervenants, dans le processus d’engagement de l’Etat vis-à-vis de l’Extérieur.
Madame Aubierge Sylvine Ngoma a-t-elle brandi l’ordre de mission signé par les soins du Premier Ministre, la mandatant à soumettre le Gabon à l’autorité de son responsable spirituel?

Si les media l’ont affublée d’un titre qui n’est pas le sien, pourquoi ne pas convoquer leur responsabilité ?
En conclusion, j’observe que ce lynchage médiatique est une banale stratégie de déstabilisation orchestrée par les ENNEMIS de la victime.

Source: Jean Paul OMBANDA