Ali Bongo oublié en cette journée du 16 octobre soit 12 ans après son arrivée 

C’est à croire qu’il n’y a vraiment rien à se mettre sous la dent. Ni le PDG ni les membres du gouvernement ne se sont rappelés de la date du 16 octobre, qui est pourtant la date anniversaire de l’accession d’Ali Bongo Ondimba a magistrature suprême.

Il n’y a eu aucun engouement à en parler sinon il aurait fallu revenir sur le bilan du président et personne ne veut se risquer à cet exercice désertique. C’est bien conscient de cette absence de bilan que Parti Démocratique Gabonais n’a véritablement pas communiqué sur l’événement. Juste une simple publication lapidaire sur la vision de celui qu’ils appellent le Distingué Camarade Président. 

Au niveau gouvernemental, c’est plus désertique, ni le premier ministre ni ses ministres n’ont fait ne serait-ce qu’une publication sur Facebook. Ali Bongo en cette journée a véritablement été oublié. C’est bien le signe que le mal est profond. Si ceux qui bénéficient des prébendes ne sont plus capables d’assumer, c’est que la chose est compliquée à gérer.

Redresser un bilan désertique pour ce deuxième mandat serait un exercice périlleux et presque suicidaire. Il n’y a rien à se mettre sous la dent, vraiment rien. Le mandat aura été parasité par les arrestations, l’AVC du président, la crise économique et le coronavirus. Voilà à peu près, les justificatifs que pourraient avancer les défenseurs du Président, qui font désormais profil bas.