Élections du Directoire de l’Union nationale: Le congrès encore avorté 

Les difficultés au sein du parti de l’opposition l’Union Nationale sont réelles et cette situation exacerbe les tensions internes tant la situation est intenable. Divisée entre les partisans de Paul Marie Gondjout, soupçonné d’une tentative de réception de pouvoir monarchique du fait d’être de la famille des Myboto et la candidate déclarée Paulette Missambo dont la vigueur et la vision dites passéistes peinent à convaincre selon une partie des militants, l’Union nationale est à la croisée des chemins. Certains y voient les signes d’une implosion imminente de la formation politique qui prétend vouloir donner la réplique au Parti Démocratique Gabonais à l’élection présidentielle de 2023. Maxime Zima Ebeyard, fatigué des reports improvisés, a adressé une lettre de clarification sous forme de communiqué de presse à l’opinion nationale. Nous vous laissons vous faire une idée de l’intégralité de sa livraison.

« Ce vendredi 15 octobre 2021, les militants de l’Union Nationale devaient se réunir en Congrès pour procéder à l’élection des membres de la Direction du Parti.
Malheureusement, le mercredi 13 octobre 2021 après 17h, soit moins de 48h avant le début des travaux, alors que les congressistes des contrées les plus reculées du pays avaient quitté leurs foyers pour se rendre à Libreville, alors que ceux pour qui cela était nécessaire avaient pris les indispensables dispositions administratives avec leurs employeurs, le Président du Bureau du Congrès a diffusé le message qui suit :

Le Président du Bureau du Congrès porte à la connaissance des congressistes qu’en raison de l’état d’avancement des travaux en commissions préparatoires du Congrès, celui-ci ne peut plus avoir lieu le vendredi 15 octobre 2021 comme prévu.La nouvelle date vous sera communiquée incessamment.Le président du Bureau du Congrès présente ses plus sincères excuses à tous les congressistes pour ce désagrément.

Ce report dénote, sur la forme comme dans le fond, un manque de respect à l’endroit des congressistes et des militants de l’Union Nationale.Soucieux, pour la cohésion du Parti, de ne pas étaler sur la place publique nos dissensions internes et participer ainsi à sa déstabilisation, nous avons évité jusque-là d’expliquer à l’opinion les raisons de la crise que traverse l’Union Nationale et qui la prive de Direction depuis plus de 10 mois.

Au regard de ce dernier développement et par respect aussi bien pour nos militants désabusés que pour l’opinion qui s’interroge avec inquiétude, nous nous trouvons dans l’obligation de restituer les faits.
C’est le 16 septembre 2021, aux environs de 06h du matin, que le Président du Bureau du Congrès a adressé un message à toutes les instances du Parti pour fixer la date du Congrès au 15 octobre 2021. Il ne pouvait ignorer à cet instant précis le décès moins de 48h avant de son adjointe Marie- Agnès KOUMBA, par ailleurs Présidente du Mouvement National des Femmes de l’Union Nationale et candidate à la fonction de Vice-présidente sur notre liste. Quelques heures après, ce même 16 septembre 2021, nous étions informés du décès à Paris du Vice-président Casimir OYE MBA.

Quelques jours après les funérailles du Vice-président OYE MBA, nous avons été saisis par le Président du Bureau du Congrès qui nous proposait de reporter la date du Congrès au 29 octobre 2021.Nous devons à la vérité de dire que le Vice-président Casimir OYE MBA n’a eu de cesse d’interpeller le Bureau du Congrès sur l’urgence pour la cohésion du Parti de fixer la date du Congrès pour procéder à l’élection des membres de sa Direction. Nous ne pouvons dissocier les départs de nos Compagnons Marie-Agnès KOUMBA et Casimir OYE MBA des manœuvres entretenues depuis plusieurs mois pour entraver la tenue du Congrès, et la désignation démocratique et transparente des dirigeants de notre parti. Par respect pour leurs Mémoires, nous avons en responsabilité décidé de maintenir la date du Congrès au 15 octobre 2021. 

Et aucune personne de bonne foi qui les a connus ne peut douter que nous avons pris la décision que tous deux auraient souhaité que nous prenions. Le comportement des uns et des autres, devant ce drame qui nous affligeait tout particulièrement a renforcé notre détermination et notre refus de nous laisser prendre au piège d’une nouvelle entreprise de diversion qui ne visait autre chose qu’à différer à l’infini la tenue de ce Congrès.

Le mercredi 13 octobre 2021, notre tête de liste, Madame Paulette MISSAMBO a rencontré le Président du Bureau du Congrès pour discuter des préparatifs de ces assises qui devaient se tenir 2 jours plus tard. Au cours de cet entretien, le Président du Bureau du Congrès a sollicité un report de 2 à 3 jours afin de mieux se préparer. Après consultation de ses colistiers, elle a marqué son accord pour un report au mardi 19 octobre 2021, soit 4 jours.

Le Président du Bureau du Congrès s’est alors engagé, après en avoir discuté avec le Président de la liste concurrente, à informer sans délai les militants de ce report et de la nouvelle date du Congrès. Mais comme nous le constatons tous, il a informé les délégués du report du congrès le plus tard possible et s’est bien gardé de leur annoncer une nouvelle date. Comme il s’est par ailleurs bien gardé de revenir vers notre tête de liste pour s’en expliquer. Cela est irrespectueux, regrettable et fort dommageable.

En conséquence, nous avons adressé ce jour une correspondance au Président du Bureau du Congrès pour lui demander de fixer sans délai la date du Congrès qui ne saurait dépasser le vendredi 22 octobre 2021 et d’en informer tous les congressistes. À défaut, nous devrons considérer la volonté de prendre le Parti en otage en freinant volontairement les travaux des commissions préparatoires et nous nous verrons obligés de cesser toute collaboration avec le Bureau du Congrès.

À nos militants, à tous nos militants, nous adressons ce message d’espoir : Tenez bon ! Tenons bon ! Restons mobilisés ! Nous combattons le bon combat. Notre combat est celui de la démocratie et de la transparence dans la désignation de nos dirigeants. Nous sommes l’Union Nationale. Nous ne pouvons accepter la compromission, d’où qu’elle vienne et quelle qu’elle soit. Ce que nous n’avons pas accepté du Pouvoir établi et qui a justifié la création de notre Parti, nous ne pouvons l’accepter ou le faire germer en notre sein. Cela prendra le temps que cela prendra, mais ni la malice, ni les reports orchestrés par un Bureau du Congrès visiblement aux ordres, n’empêcheront les militants de l’Union Nationale de choisir librement et dans la transparence les femmes et les hommes auxquels ils ont décidé de confier la Direction de notre parti. Nous en avons pris l’engagement au Congrès de décembre 2020 avec vous. Nous irons jusqu’au bout pour le respecter et mériter votre confiance.

Je vous remercie ».

Le Directeur de Campagne Minault Maxime ZIMA EBEYARD