500 millions pour chaque match des panthères : doit-on aller vers un audit ?

L’équipe nationale gabonaise de football enchaine les défaites. La dernière en date, une humiliation de plus contre l’équipe d’Angola qui n’est pas si terrible : 0-3 en faveur des angolais. 

Certaines langues se délient pour dénoncer la disparité entre les moyens mis en jeu par le gouvernement gabonais et les résultats des Panthères. Chaque rassemblement couterait au pays la bagatelle somme de 500 millions de Francs CFA.

Entre les primes des 23 joueurs qui doivent être payés quel que soit le résultat, la location des avions privés pour le déplacement de l’équipe, l’hébergement et la restauration d’une quarantaine de personnes à chaque fois. Il faut avouer que le gouvernement gabonais tourne à perte et l’on pourrait auditer cette dépense pour voir si elle correspond vraiment à ce qui est nécessaire pour le regroupement des Panthères.

Ce n’est plus un secret, mis à part les footballeurs et le staff technique de l’équipe, plusieurs administratifs et politiques touchent aussi des primes de match alors qu’en réalité leur présence est égale à leur absence, en gros ils ne sont pas nécessaires dans le dispositif de l’équipe pour jouer un match de football.D’autres peuvent être présents mais le hic est qu’ils s’octroient des primes astronomiques,qui augmentent vertigineusement le budget général des rassemblements des Panthères.

Il est généralement dit qu’un ministre des sports toucherait 10 000 000 de Francs CFA par match des panthères et ce, depuis belle lurette. Si cette information que nous traitons au conditionnel s’avérait vraie, pour les 3 derniers matchs des Panthères avec zéro victoire, l’actuel ministre pourrait avoir touché 30 000 000 de Francs CFA. C’est une hypothèse qui provoque la colère de tous ceux qui aimeraient voir l’équipe gagner et le championnat relancé.

Il va donc falloir que le gouvernement audite la dépense publique liée aux rassemblements des Panthères parce que le pays ne peut pas continuer à dépenser pour des échecs successifs et personne ne s’en inquiète, parce que les primes sont à chaque fois garanties pour les décideurs.