Pandora papers : Ali Bongo cité mais pas poursuivable selon France24

Dans un rapport sur l’évasion fiscale par des dirigeants africains, le président gabonais Ali Bongo Ondimba été cité par les Pandora papers, comme détenant à l’époque où il était ministre de la défense, 2 sociétés dans les îles vierges britanniques vers la fin des années 2000, dont le but était de dissimuler sa fortune. Il s’agit d’un scandale qui dénonce l’évasion fiscale orchestrée au plus haut niveau par des hommes politiques du continent africain.

Selon le reportage que la presse française en a fait, ces faits d’évasion fiscale ne sont pas susceptibles de donner lieu à des poursuites judiciaires. Le reportage de la chaine française ne dit pas combien d’argent a transité par ces 2 sociétés que le rapport dit avoir été détenues par Ali Bongo Ondimba. Si les faits ne peuvent plus donner lieu à des poursuites judiciaires, on s’interroge tout de même sur l’intérêt de la diffusion de ce rapport et son relais par la presse française.