CHUL : DES SANITAIRES EN « COMA PROFOND »

Lieu des plus visités par les populations de la capitale gabonaise, voire au-delà, le Centre Hospitalier Universitaire de Libreville présente actuellement une image des plus répugnantes, en ce qui concerne ses espaces d’aisance.

S’il advenait que vous vous retrouviez dans ce grand site considéré depuis des lustres comme le plus grand hôpital du Gabon, avoir une envie pressente d’y assouvir un besoin physiologique naturel peut très vite prendre une tournure dramatique!

Et pour cause, les toilettes n’y fonctionnent plus et se trouvent dans un état d’insalubrité indescriptible, le tout aggravé par des effluves qui feraient subir une crise fatale à toute personne asthmatique au tempérament coriace.

Pire, pourtant qualifiée de premier médicament, ou encore de « médicament des médicaments », l’eau potable y est également peu présente. Un véritable comble pour cet établissement public de référence qui a vu naître une très grande partie des cadres de ce pays, et qui a aujourd’hui vocation à être une des grandes vitrines de la politique de Santé du Chef de l’Etat Ali Bongo Ondimba.