Casques bleus gabonais en CentrAfrique: les témoins cités ne connaissent pas l’affaire

Ils avaient été traités de tous les noms d’oiseaux et condamnés par le tribunal populaire fabriqué par des publications orientées. Aujourd’hui, alors que les enquêteurs gabonais sont sur place en République centrafricaine, les témoins et preuves semblent avoir disparu. Mieux, les témoins ou victimes sont introuvables et certaines organisations non gouvernementales dont on disait s’être saisies du dossier, disent avoir découvert les faits sur les réseaux sociaux.


Comment l’ONU, la minusca peut-elle jeter aux chiens l’honneur d’une armée sans aucune preuve de leurs accusations. Il semble plutôt que les militaires gabonais aient été les victimes d’un complot monté sur place. Qui a intérêt à ce que les militaires gabonais ne fassent pas leur travail ? Qui est gêné par la présence du contingent gabonais en CentrAfrique ? Autant de questions qui semblent ne trouver aucune réponse. En tout cas, les prochains jours réservent des surprises et il est fort probable que les casques bleus gabonais soient réhabilités au plus vite et que des excuses onusiennes attendues par la République gabonaise.