Si BLA est inculpé pour usurpation de nationalité cela voudrait dire que tout le Gabon est corrompu

Brice Laccruche Alihanga avait prêté serment devant la Cour constitutionnelle et le Président de la République dans une cérémonie solennelle, en tant que ministre de la République, donc bien gabonais de nationalité. Parlez nous de détournement de fonds ou d’autres sujets liés à la corruption mais très franchement que l’on ne nous dise pas que l’ancien directeur de cabinet n’a jamais été gabonais. Pour la simple et bonne raison qu’on nous a expliqué à coup de matraquage médiatique que Brice Laccruche Alihanga était gabonais et du Haut-ogooué, donc de grâce ayons un peu honte et ne prenons pas les gens pour des idiots. Parce que si cela devrait être vrai que ses papiers étaient des faux alors que quand l’opposition répétait à longueur de journée qu’il était marseillais, les premiers qui montaient au créneau étaient ceux du régime et ils sont encore là bien vivants et aux affaires, cela révélerait le plus grand scandale de l’histoire de l’humanité. 


Sinon comment le chef de l’état a-t-il pu nommer un français 100%, qui n’a même pas sa nationalité gabonaise aux prestigieuses fonctions de directeur de cabinet ? Cela voudrait dire qu’il y a soit un faux procès organisé contre l’ancien directeur de cabinet ou que les services de renseignement gabonais réputés compétents ont volontairement voulu tromper le Chef de l’Etat. Il n’y a pas d’usurpation d’identité qui tienne ni de faux et usage de faux ici. Veut-on nous faire croire que la République entière ignorait le défaut de nationalité gabonaise qui frappait Brice Laccruche Alihanga ?


Je demande à l’ensemble du système Bongo-PDG de l’inculper pour une autre raison pas celle-ci, sinon ce serait trop flagrant. Il a certainement détourné de l’argent comme c’est dit dans toute la presse, mais je ne veux pas croire que c’est seulement maintenant que l’on découvre que le messager intime était intimement lié à la France par sa nationalité. Je refuse catégoriquement de croire en la version d’usurpation de nationalité. Cet homme là a été intronisé comme un chef « un nkani » dans le haut-ogooué. Il avait même dansé le ndjobi. 


Faisons les choses bien, si on avait menti à cette époque, pour rester cohérents, ne lui faisons pas un procès sur sa nationalité. Car ce serait donner raison à l’opposition et dire qu’il y avait eu une entente généralisée pour faire travailler comme premier collaborateur du chef de l’état, un français. Seigneur, mesure-t-on le risque encouru par la Nation gabonaise ?
BLA est gabonais, il l’a toujours été. Je refuse de croire qu’il a pu tromper toute l’administration gabonaise en obtenant des faux papiers. L’opposition ne s’oppose pas à tout, elle a souvent la vérité de son côté mais la République entière fait souvent le choix de s’en passer. Maintenant assumez.

Jean Josephin BOUKILA, Enseignant