LA BANQUE MONDIALE MET DÉFINITIVEMENT FIN AU « DOING BUSINESS »

En raison d’une controverse révélant des manipulations par certains états de leurs données économiques reportées par la célèbre revue économique de référence, l’institution de Bretton Woods a purement et simplement décidé de son arrêt définitif.

Un an après sa suspension par les autorités de la Banque Mondiale, ces dernières viennent de prendre la résolution radicale de sa disparition.

En pour cause essentielle, il est fait état de manœuvres dont la Chine, les Émirats Arabes Unis, l’Arabie Saoudite et l’Azerbaïdjan seraient les principaux auteurs, selon une enquête interne déclenchée depuis quelques mois. Les tripatouillages indexés auraient eu pour objectif de donner de l’économie de ces états une image plus reluisante mais en décalage avec une réalité beaucoup plus sombre. Les faits incriminés concernent particulièrement les publications de 2018 et 2019.

Au nombre des acteurs également mis en cause, on note des anciens responsables de la Banque dont l’actuelle dirigeante du FMI, Kristalina Georgevia, qui occupait alors la fonction de directrice exécutive de la Banque Mondiale. Amoindrie par ces accusations, celle-ci a rapidement nié ces allégations, sans toutefois parvenir à convaincre réellement grand monde.