BGFibank: Henri-Claude Oyima mise sur le développement et la croissance du groupe

Dans son interview sur Africa24, le PDG du groupe BGFibank Henri-Claude Oyima est revenu sur ce qu’il a appelé la dynamique 2025.

Il s’agit d’une transformation totale de son groupe d’ici 2025 en s’appuyant sur 5 piliers essentiels. L’objectif de dynamique 2025 sous-tend la performance et la croissance pour développer le groupe BGFibank, c’est-à-dire le développement des métiers, le développement des produits, développement des process internes au groupe bancaire et bien sûr la transformation des personnels. Le groupe enregistre des résultats en hausse de 114% en 2020, soit 44 milliards de Francs CFA. 

Cet objectif de développement selon le PDG Oyima, repose sur 5 piliers pour rendre l’organisation efficiente.


1. Organisation 


Henri-Claude Oyima pense qu’il faut optimiser la gouvernance du groupe BGFibank. C’est-à-dire  au niveau des assemblées générales, des conseils d’administration, des process et des procédures,  parce que le groupe est certifié ISO 9001 version 2015 aujourd’hui. Cette qualité du service BGFibank a été un long processus entamé depuis 2002 et la première certification Gabon en 2005. 


2. Ressources humaines 

Le groupe BGFIBank souhaite renforcer les compétences de ses 2300 collaborateurs parce qu’évidemment, comme l’a indiqué le PDG dans cette interview exclusive à Africa24: «  il n’y a pas de développement sans Homme». Il s’agit de renforcer les capacités des agents BGFinank afin qu’ils soient tous tournés et outillés pour atteindre les objectifs que se fixe le groupe.
 BGFibank, en tant que groupe bancaire doit atteindre un niveau de performance tel que chaque agent sera parfaitement à son poste. Le groupe peut s’appuyer sur son école BGFI Business School qui est aujourd’hui une référence sous-régionale dans le domaine des métiers liés à la banque. Enfin, toujours dans ce domaine des ressources humaines, Henri-Claude Oyima a assuré que BGFibank doit gérer la mobilité de ses équipes, aussi bien horizontale que verticale. 


3. Garantir les ressources: la trésorerie 


Selon le PDG Henri-Claude Oyima, les ressources du groupe sont d’abord sa trésorerie, assurer que la trésorerie est bien placée. Dans ce sens, le groupe ne ménage aucun effort pour que cet objectif reste à portée de main et ce sur le long terme. Les institutions du groupe c’est-à-dire un siège social dans chaque pays où le groupe est implanté, sont aussi un domaine prioritaire pour la banque. 


4. Maîtrise des risques 


Puisque toute activité dans le secteur bancaire comporte un risque, le groupe bancaire doit s’assurer que tous les risques encourus soient maîtrisés et bien gérés. En mettant à niveau ses équipes et les procédures bancaires régulièrement, BGFibank met tous les atouts de son coté pour maîtriser tout risque lié à son activité. 

5. Le développement du groupe 


Enfin, le Président Directeur Général du groupe BGFibank a conclu sur cette question en affirmant que c’est en mettant en musique tous ces piliers que le top management entend assurer le développement du groupe et son implantation dans des nouveaux pays, aussi bien qu’ouvrir de nouveaux métiers et développer de nouveaux process.


Henri-Claude Oyima s’est voulu très rassurant et confiant dans le leadership et la capacité de résilience de son groupe BGFibank.