OPPOSITION: DIMINUTION DE LA TESTOSTÉRONE POLITIQUE ?

L’inertie dans laquelle se trouve l’opposition gabonaise est inquiétante, c’est à croire qu’il y a une diminution de la testostérone politique au sein de cette partie de la classe politique gabonaise à moins de 2 ans de la présidentielle de 2023.

Les principaux leaders de l’opposition n’ont plus donné signe de vie depuis presqu’un an. Ils ont été incapables de s’adapter au contexte sanitaire gabonais qui impose des rassemblements de 30 personnes au maximum. Doit-on comprendre que la politique de Jean Ping se résumerait à quelques déclaration dans sa résidence ? Ou est Casimir Oyé Mba, l’un des 3 ténors qui avaient mis en doute la stratégie du PDG ? Qu’en est-il de Nzouba Ndama dont les rares prises de parole ne nous sont plus servies que sur les réseaux sociaux.

Si l’opposition ne donne plus de la voix sur le terrain politique, c’est bien parce que c’est le gouvernement qui mène la danse à cause de la question de la riposte contre la Covid-19 qui lui est exclusive. Pourtant, les sujets ne manquent pas. La relance économique qui s’opère dans un balbutiement généralisé aurait dû inspirer les experts de l’opposition gabonaise. Le plan d’Accélération de la Transformation qui tarde à livrer ses résultats.

Nous croyons aussi que la léthargie dans laquelle se trouve l’opposition est le corollaire de l’inertie gouvernementale. Nous avons l’impression que plus le gouvernement est actif plus l’opposition l’est aussi.

Pourtant, il va bien falloir que l’opposition prenne de la testostérone pour qu’elle retrouve un peu de vigueur pour opposer à Ali Bongo Ondimba et à son équipe une résistance susceptible d’imposer l’alternance au sommet de l’état.

Que se passe-t-il réellement pour que l’opposition gabonaise n’ait plus envie de faire son travail alors que les activistes de l’opposition sont plutôt présents sur le terrain des réseaux sociaux. A-t-on Abandonné les rêves d’alternance où se réserve-t-on pour l’année de la présidentielle exclusivement.

En attendant l’homme providentiel, qui pourrait être un fils de Glass dont le nom dans sa version la plus simplifiée se résume au trois premières lettres de l’alphabet, nous avons le droit de nous poser des questions et de traduire une certaine forme d’inquiétude.