JUSTINE JUDITH LEKOGO : COMMENT SORTIR LA TÊTE DE L’EAU ?

L’ancienne ministre déléguée à l’économie Justine Judith Lekogo a dévoilé sa vision de la gestion de la crise que traverse notre pays le Gabon et la zone CEMAC. Elle a dans un texte posté sur son compte LinkedIn montré sa méfiance face à ceux qui croient que l’état pourrait être la solution à la crise. Elle en appelle plutôt à un sursaut patriotique pour que chacun puisse, en prenant la mesure de la situation, proposer une voie de sortie qui permettrait au pays de pouvoir sortir la tête de l’eau. Ayant fait des études dans le domaine économique et ayant une solide expérience professionnelle dans les institutions financières internationales, Justine Judith Lekogo pourrait être une voix à écouter si l’on se place dans la perceptive de recevoir les contributions de tous les fils et toutes les filles du Gabon.

Nous vous proposons en intégralité son texte d’analyse:

« Face à l’évolution du covid19 et de son impact sur notre pays , je reste convaincue que les armes de politique économique pour tenter de relancer la machine sont limitées, pour ne pas dire inexistantes.

En fait, seuls des  pays disposant de réserves de change conséquent ou  d’une marge de manœuvre budgétaire appréciable ( ce qui n’est pas le cas pour le  Gabon et en CEMAC) ont de quoi affronter cette  crise.

La zone est au rouge avec une dette publique élevée sans retour sur investissements. Je crois que  fin 2021 et l’année 2022 seront inévitablement difficiles.

Face à cette sombre perspective (venant de moi bien sûr), il pourrait évidemment être tentant de baisser les bras. Attention, en baissant les bras,  nous sommes sûrs de perdre, car le pessimisme est destructeur.

Dès lors, il faut songer à se barricader, s’acheter un lopin de terre pour cultiver ses légumes et élever ses chèvres, tout en se munissant d’un fusil pour se défendre.

Nous pouvons aussi opter pour une autre solution : celle de la sortie de crise par la grande porte.  Pour ce faire, il faut  se retrousser les manches et  retrouver une dose d’espoir et d’optimisme.
Ne l’oublions jamais : les crises sont aussi des phases d’opportunité.
Un homme politique ou un économiste qui dit  qu’il a la recette pour supprimer les crises, est un dangereux menteur.  L’essentiel est de sortir la tête de l’eau.
Que les gouvernants et les économistes en mode conseiller soient honnêtes et clairs avec  le peuple.

Si nos pays de la zone CEMAC continuent de se cacher derrière les beaux discours et  refusent de réformer en profondeur leur économie, s’ils ne réussissent pas à se mettre d’accord pour unir leurs forces et si les partenaires sociaux refusent de s’entendre,  la zone CEMAC et notre beau pays le Gabon seront les grands perdants des années 2020
Pour éviter la dépression tant économique que psychologique, nous avons donc l’obligation de nous prendre en main sans trop compter sur les pouvoirs publics qui, de toute façon, finiront par nous faire payer la facture via l’augmentation des taxes sans oublier le rackettage des corrompues de la fonction  publique et de certains décideurs.

Les  chefs d’entreprises doivent lancer des stratégies anti-crise qui leur permettront de sortir la tête de l’eau. N’attendez pas les solutions des gouvernants. Vous n’en aurez pas!

Quelques  voies stratégiques  seraient les produits de services,  communication, innovation et le rayonnement à l’international aux côtés des autres pays en développement et émergents.

Les salariés doivent se retrousser les manches, se rendre indispensables, adhérer au projet de l’entreprise, améliorer leurs compétences, ne pas hésiter à aller voir ailleurs et notamment à l’international.

À l’inverse, celles et ceux qui baissent les bras, qui ne se remettent pas en question, qui jouent contre leur entreprise et comptent sur l’Etat pour leur sauver la mise sont sûrs de perdre ».

Justine Judith Lekogo