ANALYSE POLITIQUE : PRELUDE D’UNE GUERRE DE GENERATIONS ?

La politique va si vite dans notre pays que nous nous sommes retrouvés en 10 ans avec quatre générations au pouvoir.

1- Il y a ceux qui sont considérés comme les frères d’armes du Président de la République. Ils ont été de tous les combats avec lui, depuis l’époque des rénovateurs. Ils ont de manière très brève été aux affaires en début de mandat et ont très vite été confrontés à la volonté du Président de la République de s’affranchir de ce cercle d’influence.

2- Il y a la vague des émergents, les jeunes aux dents longues qui ont été là de 2009 à 2016. Ils sont les concepteurs d’Ali’9, du Plan Stratégique Gabon Emergent (PSGE). La fin du premier mandat présidentiel a été si chaotique (Août 2016), qu’ils ont été débarqués progressivement, parfois avec fracas. 

3- Il y a ceux de la vague bleue ou encore appelés les ajeviens, qui étaient encore plus jeunes et plus téméraires que la génération des émergents. Ils sont les concepteurs du fameux « de là à là », « la fatigue légère puis sévère » et « Celui qui boude bouge ». Ils ont pratiquement dirigé le pays pendant deux années à en croire l’opinion et se sont distingués par des détournements massifs. Ils sont presque tous en prison.

4- Il y a la génération covid-19. Ils sont responsables de la riposte contre la pandémie, pour l’instant n’ont pas encore été audités mais sont déjà soupçonnés de gestion de crise calamiteuse. Ils sont responsables des mesures d’accompagnement pendant le confinement, du plan de relance et du plan d’accélération de la Transformation et de l’accélération de l’endettement du Gabon pour des raisons assumées. Ils ont, il n’y a pas si longtemps affirmé que la dette gabonaise était nécessaire.

5- Pendant ce temps, il y a la génération des intemporels, ceux qui ont su s’accrocher aux soubresauts générationnels en actualisant leurs compétences. Ils sont d’une jeunesse et d’une fraicheur éternelles par leurs idées. Ils sont amoureux du Gabon et sont d’ailleurs prêts à aider le Chef de l’Etat gabonais. Cette génération conteste toutes celles citées supra. Un seul bémol, la plupart des membres de cette génération ne travaillent pas et attendent activement l’alternance politique au sommet de l’Etat, mais cette alternance pourrait tout aussi être une alternance des hommes et femmes autour d’Ali Bongo.

En tenant compte de ce qui précède, une autre génération sera aux affaires d’ici 2023, c’est la génération du 3ème mandat. C’est à ce moment que la bataille pourrait éclater entre toutes ces générations, les unes se proclamant plus légitimes que les autres. Cet affaiblissement éventuel des générations successives au sein du pouvoir pourrait faire de la place à l’opposition gabonaise, si elle en a l’envie et se donne les moyens. Sauf si le pouvoir actuel se réveille.