2023: POURQUOI L’OPPOSITION GABONAISE PEUT MIEUX FAIRE

Nous sommes à deux (2) ans de la présidentielle gabonaise et personne n’est capable de dire s’il va se dégager du camp de l’opposition une personnalité qui portera les rêves d’alternance d’une partie de la population gabonaise. A ce jour, il n’y a pas le début d’une organisation politique.

On se rappelle qu’en 2016, Jean Ping, candidat à la présidentielle de l’époque, s’était lancé dans la course presque deux ans avant. Il avait sillonné le Gabon profond et avait fini par susciter un réel espoir autour de sa personne. Résultats des courses, malgré les résultats proclamés par le cour constitutionnelle gabonaise, monsieur Ping n’a pas été ridicule du tout. Au contraire, jusqu’à présent des doutes subsistent sur qui a réellement remporté cette élection présidentielle de 2016.

5 ans plus après, l’eau a coulé sous les ponts. Des démissions en cascades au sein de l’opposition, des personnalités qui ont déclarées leur adhésion au parti au pouvoir, et une opposition qui a fait du surplace. L’Union nationale qui devait être la locomotive de l’opposition, est empêtrée dans une affaire d’élection à la présidence de ce parti.

Que fait-on dans l’opposition actuellement ? Nous cache-t-on l’homme providentiel ? La stratégie est illisible peut-être est-ce pour des raisons de méthode. A ce jour, aucun partisan de l’opposition n’est capable de dire qui sera face aux Gabonais en 2023. L’opposition gagnerait à gagner du temps et à essayer de se construire un leadership pour avoir des chances d’inverser la tendance face à un système décidé à conserver le pouvoir.